Saint-Gratien : l'alibi du féminisme pour discriminer une partie de la population musulmane

Imprimer

L'alibi du féminisme

Une nouvelle fois, la maire de Saint-Gratien, Mme Eustache-Brinio, se singularise et se sert de l'alibi du féminisme pour discriminer une partie de la population musulmane.

Ses propos recueillis sur sa page facebook sont éloquents : « J’ai décidé de boycotter tous les magasins qui m’imposent des vendeuses et des caissières voilées, le premier de cette liste : La Grande récrée à Argenteuil » et elle se justifie en ajoutant « Au nom de la lutte contre tout ce qui rend les femmes invisibles, de la laïcité, du soutien aux femmes qui refusent de porter le voile, ces combats qui me sont chers ».

En dehors du fait que dans notre pays, il est strictement interdit d’appeler au boycott en raison d’une nationalité, d’une origine ou d’une religion, il n'est pas dans le rôle de la première magistrate d'une commune de tenir des propos discriminants et fallacieux qui portent atteintes aux femmes musulmanes et divisent les citoyens au lieu de les rassembler.

La Ligue des droits de l'Homme du Val d'Oise s'indigne d'un tel comportement et appelle Mme Eustache-Brinio à retirer ses propos.

La fédération du Val d'Oise de la Ligue des droits de l'Homme