You are here: Home La F.T.C.R. FTCR SANTE Onu-Sida : Les projecteurs sur la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord

Onu-Sida : Les projecteurs sur la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord

Envoyer Imprimer PDF

Dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, l’épidémie de VIH, pourtant rarement mise en lumière, s’accroît régulièrement.

 En 2008, on estimait à 310 000 le nombre des personnes vivant avec le VIH, contre 200 000 en 2001. Cette même année, environ 35 000 personnes ont été nouvellement infectées par le VIH dans la région. 

Le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, M. Michel Sidibé, est sur place pour attirer l’attention sur certains problèmes clés qui doivent être abordés pour fournir une riposte efficace au sida, exhortant les pays à respecter l’équité et les droits humains dans leur approche de l’épidémie de VIH. 

La stigmatisation et la discrimination restent des obstacles importants pour l’efficacité de la riposte régionale au sida, et dans nombre de pays la pénalisation des comportements à plus haut risque pousse les communautés affectées dans la clandestinité – limitant ainsi l’accès aux services de prévention, de traitement, de soins et d’appui en matière de VIH. 

Etant donné que les populations plus exposées au risque sont affectées de manière disproportionnée même dans les contextes où la prévalence globale du VIH est faible, pour le bien de la santé publique il est nécessaire de faire preuve d’acceptation. « Comprendre est un impératif pour tirer de l’ombre celles et ceux qui sont les plus à risque et leur permettre de se protéger et, par extension, de protéger la communauté tout entière, » a déclaré M. Sidibé.

 

Le travail de l’ONUSIDA dans la région 

L’ONUSIDA collabore étroitement avec les partenaires gouvernementaux et de la société civile dans la région pour plaider en faveur de la suppression des lois et politiques punitives auxquelles se heurte une riposte efficace. 

Au Yémen, le 29 août 2009, le Parlement a voté une loi pour protéger les droits des personnes vivant avec le VIH qui visait à réduire la discrimination. Cet article 51 de la loi représente une étape majeure pour protéger les droits des individus vivant avec le VIH dans le pays. 

En Egypte, un programme de proximité pour les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes a été lancé, et en quelques mois le projet a fourni des services à des centaines de personnes, dans un environnement extrêmement difficile. Ce programme est mis en œuvre par l’ONUSIDA en partenariat avec plusieurs ONG et avec le soutien financier de l’USAID et de la Fondation Ford. 

Une autre initiative positive a été la première conférence régionale sur la réduction des risques organisée l’an passé au Liban. Cette conférence a représenté une percée pour la région et a rassemblé plusieurs experts et partenaires et mobilisé l’appui politique des parlementaires, des gouvernements nationaux et des organismes des Nations Unies. 

La fourniture de services pour les populations clés est également en expansion dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, avec l’inclusion de la thérapie de substitution orale dans les programmes à l’intention des consommateurs de drogues injectables au Maroc et au Liban. En République islamique d’Iran, une assurance médicale est fournie aux personnes vivant avec le VIH et à leur famille, les cotisations étant entièrement à la charge du gouvernement. Ces réussites sont significatives et montrent combien il est nécessaire d’investir en faveur de l’accès universel à la prévention, au traitement, aux soins et à l’appui en matière de VIH dans la région.

 

Mettre l’accent sur les droits humains lors d’une conférence au Qatar 

Alors qu’il se trouve dans la région, M. Sidibé a assisté au Colloque sur la responsabilisation de la famille dans le monde moderne qui se tient à Doha, au Qatar. Organisé par la Famille royale du Qatar et la Fondation du Qatar à Doha, le colloque rassemble des spécialistes pour aborder des problèmes tels que les tendances et les difficultés touchant la famille, la famille et les droits, et les familles à travers le monde. 

« Les familles constituent la première ligne de défense contre la stigmatisation et l’isolement ainsi que la principale source de soins, » a déclaré M. Sidibé dans son discours d’ouverture. Le responsable de l’ONUSIDA a également souligné les récentes conclusions d’un projet de recherche sur deux ans, l’Initiative conjointe de recherche sur les enfants et le VIH/sida. Selon le rapport, les familles supportent environ 90% du coût financier des soins aux enfants infectés et affectés. 

La liberté de mouvement pour les personnes vivant avec le VIH représente également une préoccupation majeure, car elle touche de manière disproportionnée les travailleurs migrants et leur famille. Le Qatar – comme plusieurs autres pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord – impose des restrictions à l’entrée, au séjour et à la résidence sur la base de la sérologie VIH. Ces restrictions sont largement considérées comme discriminatoires et ne présentent aucun avantage sur le plan de la santé publique. 

« Utilisons la solidarité de la riposte mondiale au sida pour nous rapprocher davantage, telle une unité familiale mondiale, pour mettre fin à la souffrance et stimuler l’accomplissement humain, » a déclaré M. Sidibé en conclusion de son discours.

 

Les défis à venir 

A ce jour, une pénurie de données épidémiologiques et comportementales actualisées et fiables a empêché de bien comprendre la dynamique et les tendances de l’épidémie de VIH dans la région. Bien que la prévalence du VIH reste faible, les populations plus exposées au risque sont souvent durement touchées ; les épidémies dans les pays de la région sont généralement concentrées parmi les consommateurs de drogues injectables, les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, les professionnel(le)s du sexe et leurs clients. 

Deux larges schémas de transmission ont été identifiés. Premièrement, de nombreuses personnes contractent le VIH alors qu’elles vivent à l’étranger, exposant ainsi leurs partenaires sexuel(le)s à l’infection à leur retour dans leur pays d’origine. Deuxièmement, la transmission du VIH survient au sein de populations plus exposées au risque, telles que les consommateurs de drogues injectables ou les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, et peut aussi avoir pour résultat la transmission courante aux partenaires de sexe féminin. 

Le point sur l’épidémie de sida 2009 publié par l’ONUSIDA suggère des activités de prévention intensifiées à l’intention des partenaires féminines des hommes qui sont exposés au VIH lorsqu’ils travaillent à l’étranger, qu’ils consomment des drogues, ou qu’ils ont des rapports sexuels avec des hommes ou avec des professionnel(le)s du sexe. (OnuSida)

 


 

Tunisie : Programme National de Lutte contre le SIDA et les MST

Suivi de la déclaration d’engagement Sur le VIH/sida

Rapport de la Tunisie

Janvier 2005 - décembre 2007 (Voir_ici)

  

Rapports UNGASS 2008 des progrès dans les pays

En adoptant la Déclaration d’engagement sur le VIH/sida en 2001, les Etats Membres se sont engagés à présenter régulièrement des rapports d’activité sur la lutte contre le VIH à l’Assemblée générale. Le Secrétaire général des Nations Unies a confié au Secrétariat de l’ONUSIDA la responsabilité d’élaborer le processus de compte-rendu, de recevoir les rapports des Etats Membres en son nom et de préparer un rapport global pour l’Assemblée générale. Les Etats Membres sont tenus de remettre des rapports d’activité dans les pays au Secrétariat de l’ONUSIDA tous les deux ans.

 

En 2008, les rapports de pays portent sur 25 indicateurs de base, lesquels sont décrits en détail dans les Directives pour l’élaboration d’indicateurs de base 2007. Les rapports 2008 marquent une date importante dans l’évaluation des progrès en direction de l’accès universel à la prévention, au traitement, aux soins et à l’appui en rapport avec le VIH, et vers les objectifs fixés dans la Déclaration d’engagement.

 

Sur ce site, vous trouvez les rapports UNGASS 2008 remis par les pays. La mise en commun de ces rapports permet une discussion ouverte et une évaluation des progrès entre les gouvernements, les représentants de la société civile et d’autres parties prenantes importantes qui participent à la riposte nationale.

 

Rapports d’activité 2008 soumis par d’autres entités

Mis à jour ( Samedi, 06 Février 2010 21:29 )  

actuellement en ligne

Nous avons 270 invités en ligne

Nos permanences

Juridique & discrimination
Mardi et jeudi
9h30 – 12h30 &
14h00 – 16h00


Permanence santé
Mardi et mercredi
9h30 – 12h30 &
14h00 – 16h00

23, rue du Maroc – 75019 Paris (métro : Stalingrad)
Tél : 01 40 34 18 15
Nous contacter, nous écrire
Page-Facebook

21 juin "Luth pour l'égalité"

Formation - Dublin 3 (vidéo)

L’image contient peut-être : 12 personnes

DUBLIN-III (1ère partie) (26 avril)

DUBLIN-III (2ème partie)

LES-DUBLINÉS-VERS-L-ITALIE (19 mai)

Cours de français

IMAGECOM (VIDÉO) COURS DE FRANÇAIS POUR RÉFUGIES

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises et intérieur

FTCR à la radio

IDD-Tunisie (3 juin 2016)

IMAGICOM (VIDÉO) une vidéo concernant le forum citoyen à Mahres et la création du réseau IDD organisé par FTCR et des associations membres

Afficher l'image d'origine

La Lettre de la FTCR.

Cartographie citoyenne

IVIM - Passeport 2016

Forum vieux migrants 2015

Statistics

Affiche le nombre de clics des articles : 1678313