You are here: Home A Voir .. Pour mémoire D'une rive ... Janvier 1984 : Il y a 26 ans : Les émeutes du pain en Tunisie

Janvier 1984 : Il y a 26 ans : Les émeutes du pain en Tunisie

Envoyer Imprimer PDF

La décision du gouvernement tunisien d'augmenter de 100% le prix du pain et de la farine provoque un soulèvement populaire. Les émeutes inciteront les autorités à déclarer l'état d'urgence, puis à annuler les hausses décrétées. 

 

À la fin de 1983, la baisse des prix du pétrole fait chuter les recettes de l'État tunisien, déjà aux prises avec une hausse des dépenses. Pour contrer l'augmentation de la dette, le Fonds monétaire international exige un plan d'austérité. Dans une situation difficile, le gouvernement décide de sabrer dans les subsides alimentaires, un système coûteux qui, en 1983, constitue 3,1% du Produit intérieur brut et 10% du budget de l'État. De plus, ce système favorise autant les classes nanties que les pauvres. Annoncée le 29 décembre 1983, la décision du gouvernement entraîne une hausse immédiate du prix du pain et de la farine. Cette hausse, la première en 15 ans, frappe directement les pauvres (20% des Tunisiens vivent dans des bidonvilles). Le Sud du pays, désertique et particulièrement pauvre, est témoin des premières émeutes qui s'étendent ensuite vers le Nord. Les émeutiers sont essentiellement des jeunes et des paysans pauvres, des travailleurs saisonniers ou des chômeurs. Ils sont appuyés par les étudiants qui déclenchent une grève de solidarité. Les policiers sont débordés et le président Habib Bourguiba proclame l'état d’urgence. L'armée intervient avec des blindés et rétablit l'ordre le 5 janvier. Le bilan : plus de 150 morts et des centaines de blessés. Le lendemain, Bourguiba annonce l'annulation de la hausse du prix du pain et de la farine. Mais l'image d'une Tunisie stable est ébranlée. Une semaine plus tard, le président renvoie le ministre de l'Intérieur, Idriss Guigah, blâmé pour sa gestion des troubles. Cette crise met d'ailleurs en évidence la lutte pour le pouvoir entre ce dernier et le premier ministre Mohamed Mzali, successeur pressenti de Bourguiba. Mzali sera pour sa part renvoyé à l'été 1986 et remplacé par Ben Ali. (ici)

 Texte rédigé par l'équipe de Perspective Monde -

 Voir la vidéo de Voir http://www.dailymotion.com/video/x9lseb_emeutes-du-pain-tunisie-1984_webcam


 

Les « émeutes du pain » sont des protestations de rue qui interviennent entre le 27 décembre 1983 et le 6 janvier 1984 en Tunisie.

 

Fin décembre 1983, le gouvernement annonce, suite à la demande du Fonds monétaire international d’une stabilisation de l’économie nationale1, l’augmentation des prix du pain et des produits céréaliers comme la semoule. Les premières réactions fusent du sud : Douz, Kébili, El Hamma, Gabès puis Kasserine se révoltent. Tunis et sa banlieue s’embrasent le 3 janvier et les émeutes se poursuivent pendant trois jours malgré la proclamation de l’état d'urgence et le couvre-feu décrétés dès le 1er janvier. Le 6 janvier, le président Habib Bourguiba convoque la télévision et indique : « Toutes les augmentations sont annulées. Que Dieu bénisse le peuple tunisien ».

 

Officiellement, les incidents font 70 morts. Jeune Afrique du 18 janvier avance, d’après son décompte effectué dans les hôpitaux, le chiffre de 143 morts et d’un millier d’arrestations. Paul Balta écrit dans Le Monde du 10 janvier : « Les habitants des ceintures rouges de Tunis et des grandes villes, souvent au-dessous du seuil de la pauvreté, qui rejoignent dans leur révolte les populations déshéritées du bled, ont manifesté leur colère plus violemment et en plus grand nombre que le 26 janvier 1978 ».

 

Voir vidéo du journal d'Antenne 2 le 3 janvier 1984

Voir http://www.dailymotion.com/video/x9lseb_emeutes-du-pain-tunisie-1984_webcam

Voir ici http://samibenabdallah.rsfblog.org/media/00/01/1793126104.pdf

Émeutes et mouvements sociaux au Maghreb: perspective comparée (ici)

 

Mis à jour ( Lundi, 11 Janvier 2010 15:56 )  

actuellement en ligne

Nous avons 205 invités en ligne

Nos permanences

Juridique & discrimination
Mardi et jeudi
9h30 – 12h30 &
14h00 – 16h00


Permanence santé
Mardi et mercredi
9h30 – 12h30 &
14h00 – 16h00

23, rue du Maroc – 75019 Paris (métro : Stalingrad)
Tél : 01 40 34 18 15
Nous contacter, nous écrire
Page-Facebook

21 juin "Luth pour l'égalité"

Formation - Dublin 3 (vidéo)

L’image contient peut-être : 12 personnes

DUBLIN-III (1ère partie) (26 avril)

DUBLIN-III (2ème partie)

LES-DUBLINÉS-VERS-L-ITALIE (19 mai)

Cours de français

IMAGECOM (VIDÉO) COURS DE FRANÇAIS POUR RÉFUGIES

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises et intérieur

FTCR à la radio

IDD-Tunisie (3 juin 2016)

IMAGICOM (VIDÉO) une vidéo concernant le forum citoyen à Mahres et la création du réseau IDD organisé par FTCR et des associations membres

Afficher l'image d'origine

La Lettre de la FTCR.

Cartographie citoyenne

IVIM - Passeport 2016

Forum vieux migrants 2015

Statistics

Affiche le nombre de clics des articles : 1704917