You are here: Home La F.T.C.R. FTCR Divers Nos communiqués FTCR / CITII : Mission d'information à Lampédusa

FTCR / CITII : Mission d'information à Lampédusa

Envoyer Imprimer PDF

Résultat de recherche d'images pour

COMPTE RENDU DE LA MISSION D’OBSERVATIONS DES MIGRANTS DU RÉSEAU FTCR A LAMPEDUSA DU 18 AU 20 DÉCEMBRE 2017

A l'occasion de la journée mondiale des migrants du 18 décembre 2017, la FTCR (Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives) et le C.I.T.i.I. (Comité des Immigrés Tunisiens en Italie), membre de la FTCR, ont organisé l’envoi d’une mission d'observation à Lampedusa pour examiner la situation des migrants et demander l'exercice de leurs droits.

Cette mission intervient pour la FTCR, à la suite de l’odyssée Ibn Battûta 2016 pour la construction d’un réseau Maghreb - Europe qui défend les droits de toutes et tous.

Pour les droits des migrants à la dignité

Rien qu'en octobre, environ 4500 Tunisiens désespérés ont pris le large pour atteindre les côtes du nord de la Méditerranée suite à l'échec des politiques économiques et sociales et au manque de perspectives des mécanismes mis en place de migrations régulières. Selon des informations concernant les accords non rendus publics, il est prévu l'expulsion immédiate des Tunisiens sans aucun examen de leur cas individuel. A l'occasion de la journée mondiale des migrants du 18 décembre 2017, le C.I.T.I.I. (Comité Tunisien des Immigrants en Tunisie) et la FTCR (Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives) organise une mission d'observation à Lampedusa pour examiner la situation des migrants et demander l'exercice de leurs droits en matière de séjour et du respect de la liberté de circulation qui doit être accordée à toutes et tous quel que soit la nationalité. FTCR -CITiI LE 13/12/2017

La mission d’observation composée de Youness Rhouma du C.I.T.i.I. (Comité Tunisien des Immigrants en Tunisie) et de Moncef Guédouar de la FTCR (Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives) se sont rendu à Palerme et Lampedusa les 18 et 19 décembre 2017.

Ils ont eu des discussions avec des universitaires comme Hassen Slama, professeur universitaire à Palerme, et des acteurs de la société civile défenseur des migrants en Sicile et à Lampedusa.

Ils ont recueilli des témoignages de jeunes migrants tunisiens, des intervenants institutionnels (pompiers et gendarmes) ainsi que des bénévoles qui soutiennent quotidiennement les droits des migrants à Lampedusa et à Palerme.

A l’ile de Lampedusa les bénévoles sont organisé dans un collectif de soutien qui ne dispose pas de moyens pour permettre l’organisation d’une véritable permanence d’accueil et d’orientation des migrants et solliciter les juristes et les avocats pour plaider les droits des migrants.

La présence des forces armées, de la gendarmerie et de la police sur l’ile de Lampedusa fait penser à véritable état de siège. Les migrants, Tunisiens en grande majorité, sont parqués dans un camp mais qui n’empêchent pas les jeunes d’en sortir. Beaucoup de ces jeunes ont préféré quitté le camp de rétention et dormir dans les bois environnants pour fuir les mauvais traitements et les brimades des forces sécuritaires.

Des expulsions massives sont organisées contre les Tunisiens qui sont emmené par avion en Sicile à Palerme pour être expulsés vers la Tunisie. Le consul Tunisien et les agents tunisiens se prêtent à ces expulsions massives et accordent debout dans le hall de l’aéroport en quelques secondes l’autorisation d’expulser sans aucun entretien individuel sérieux et approfondi. L’expulsion massive des centaines de jeunes Tunisiens s’est accrue ces derniers jours en lien avec la visite des responsables Tunisiens en Sicile et Italiens en Tunisie. Cette situation n’est pas exempte de « d’erreurs de fonctionnement » ainsi d’après des témoins le 18 décembre l’avion d’un groupe de plus de 25 Tunisiens a été obligé d’atterrir à l’aéroport de Palerme suite à une panne, et les jeunes ont quitté l’aéroport.

L’absence de conditions de détention digne et respectueuse des droits a engendré des Catastrophes humanitaires.

Les maltraitances ; les brimades, les conditions d’hygiènes minimales poussent les jeunes à quitter le centre et à se réfugier dans la nature environnantes sans aucun moyen de couchage et de campement.

Certains jeunes voulant quitter cet univers carcéral à tout prix emprunte un bateau-déchets de Lampedusa à Agrigente en Sicile. Ce bateau achemine des déchets broyé et malaxé formant une sorte de boue. La mission de l’observatoire a assisté au repêchage de 8 migrants caché dans le camion transportant cette boue toxique. La mission a recueilli l’information selon un témoin sur l'ile de Lampedusa de la mort d’un jeune migrant durant ces voyages des déchets. On parle aussi de disparition en mer.

La mission s’est réunie avec ses amis d’Italie, et aux vues de ses observations formule les recommandations suivantes :

1) Rendre publique immédiatement tout accord Tuniso-Italien éventuel secret concernant l’expulsion des migrants tunisien d’Italie et de revoir les accords bilatéraux Tuniso-Italien.

2) Fournir une aide urgente pour le Collectif de soutien des migrants à Lampedusa.

3) Organiser à Lampedusa une permanence d’accueil et d’orientation des migrants appuyée par des avocats.

4) Permettre aux associations et défenseurs des droits et avocats d’entrer dans le centre de détention de Lampedusa et de discuter avec les migrants.

5) Demande aux autorités consulaires tunisiennes de ne pas participer aux expulsions massives illégales des migrants.

6) Demande l’application du droits en matières de séjours, de refuge et d’asile et de l’application effective des droits des migrants aux recours contre toutes ces mesures d’expulsions massives interdites par les lois et conventions internationales de protection des migrants, des réfugiés et des demandeurs d’asile.

7) La fermeture des centres illégaux de détention appelés CIE en Italie et de transformer celui de Lampedusa en un véritable centre d'accueil et de premier secours et non comme il est actuellement.

8) L’accueil de tous les migrants présents à Lampedusa, en Sicile et dans toute l’Italie dans des conditions dignes.

9) L’arrêt de la militarisation de l’Ile de Lampedusa et des zones de non droits et l’ouverture immédiate de discussion bilatérale entre les élus de l’Ile Italienne et les élus Tunisiens pour la mise en place de véritables accords de coopérations bénéfiques aux deux parties.

10) Demande aux autorités tunisiennes d’ouvrir un dialogue immédiat et sérieux avec les associations de migrants, et ce conformément aux recommandations du document de la stratégie nationale migratoire (SNM) en instance d’adoption par le conseil des ministres tunisien et qui stipule: La SNM accorde un intérêt particulier aux TRE afin de défendre leurs droits et de les associer activement aux transitions politiques et économiques du pays, en se référant aux valeurs des droits de l’Homme inscrites dans la Constitution de la deuxième République, et dans les accords bilatéraux et multilatéraux relatifs aux migrations ratifiés par la Tunisie, ainsi que : Le respect des droits et de la dignité des migrants et des membres de leur famille, sans distinction de sexe, d’âge, d’origine, ou de statut, tout en étant sensible aux questions de genre

11) Préconise la création d’un vaste réseau méditerranéen pour la protection des migrants, un réseau sans exclusive où rejet et où toutes les organisations qui le souhaitent puissent enfin travailler dans le respect et l’unité.

12) Demande la mise en place d’une commission parlementaire tunisienne mixte comprenant des représentants des juges, avocats et société civile pour enquêter sur les conditions des migrants à Lampedusa et les expulsions massives et forcées des ressortissants tunisiens.

13) Lance un appel pressant aux bailleurs de fonds amis pour aider mettre en pratiques les différentes propositions.

La mission de l’observatoire :

Hassen Slama, universitaire; Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Youness RHOUMA C.I.T.i.I. ; Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. - +39 3933346873

Moncef GUEDOUAR; FTCR; Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. - +33 638368726

Mis à jour ( Mardi, 26 Décembre 2017 16:01 )  

actuellement en ligne

Nous avons 67 invités en ligne

Nos permanences

Juridique & discrimination
Mardi et jeudi
9h30 – 12h30 &
14h00 – 16h00


Permanence santé
Mardi et mercredi
9h30 – 12h30 &
14h00 – 16h00

23, rue du Maroc – 75019 Paris (métro : Stalingrad)
Tél : 01 40 34 18 15
Nous contacter, nous écrire
Page-Facebook

21 juin "Luth pour l'égalité"

Formation - Dublin 3 (vidéo)

L’image contient peut-être : 12 personnes

DUBLIN-III (1ère partie) (26 avril)

DUBLIN-III (2ème partie)

LES-DUBLINÉS-VERS-L-ITALIE (19 mai)

Cours de français

IMAGECOM (VIDÉO) COURS DE FRANÇAIS POUR RÉFUGIES

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises et intérieur

FTCR à la radio

IDD-Tunisie (3 juin 2016)

IMAGICOM (VIDÉO) une vidéo concernant le forum citoyen à Mahres et la création du réseau IDD organisé par FTCR et des associations membres

Afficher l'image d'origine

La Lettre de la FTCR.

Cartographie citoyenne

IVIM - Passeport 2016

Forum vieux migrants 2015

Statistics

Affiche le nombre de clics des articles : 1626937