You are here: Home La F.T.C.R. FTCR Divers Nos vidéos Formation : Transferts Dublin, quelle situation pour les migrants renvoyés vers l’Italie ? Retour d’expérience avec les associations italiennes d’aide aux exilés

Formation : Transferts Dublin, quelle situation pour les migrants renvoyés vers l’Italie ? Retour d’expérience avec les associations italiennes d’aide aux exilés

Envoyer Imprimer PDF

Formation : Transferts Dublin, quelle situation pour les migrants renvoyés vers l’Italie ?

Retour d’expérience avec les associations italiennes d’aide aux exilés

Paris le 19 mai 2017

19H à 21h

Maitre ALEXANDRA OLSUFIEV

FTCR & ASSOCIATION UNITED MIGRANTS

Introduction par Mohamed BHAR

RAPPEL DU CONTENU DE LA DERNIERE FORMATION  (DUBLIN-III (1ère partie) DUBLIN-III (2ème partie)

Pourquoi il est important qu’on fasse cette réunion ? De plus en plus de transferts

Des gens demandent l’asile en France, on leur dit qu’ils ont laissé leurs empreintes en Italie et donc il faut qu’ils rentrent en Italie.

Comment se préparer ? C’est le but de ma présentation

Il est intéressant de donner des chiffres de transferts de France vers l’Italie

En 2015 : 11 600 demandes, 1500 transferts

En 2016 : 26 000 demandes,  2500 transferts

Seulement 10% de dublinés sont transférés, mais nous constatons une dynamique d’augmentation des transferts.

Un point de rappel sur Dublin : on arrive en Europe, on doit faire une seule demande d’asile : la preuve : franchissement de frontière, donc la plupart de dublinés Italie, au sud de l’Italie, empreintes prises dans les hot spots, par le passé : laxisme autorités italiennes

Aujourd’hui : presque 100 % ont eu des empreintes prises en Italie

D’autres règles : membre de famille ou si on a un visa

Si on a séjourné plus de 5 mois dans un Etat et on a laissé des empreintes plus d’un an

Pour revenir aux chiffres : chiffres italiens

26000 demandes de transferts (Autriche, France, Allemagne ….)

Des demandes de la part des autorités aux autorités italiennes, en pratique seuls 2000 ont été transférées.

En 2016 : 150 000 personnes ont transité par l’Italie

Les chiffres restent relativement bas

Pour décrire le système italien : très important pour comprendre les démarches

La première chose : manifester sa volonté pour l’asile et on peut aller dans les postes de police et c’est plus souple qu’en France.

On vous donne des rdv, et c’est très lent en Italie, plusieurs rdv

A la fin : rdv à la questura, où il faut remplir un formulaire qui s’appelle C3

Avant d’avoir signé le C3, on peut changer d’endroit en Italie, or l’accueil est très diffèrent d’une région à une autre

Il faut regarder les régions où il y a l’accueil et la place où on peut s’aider, il faut voir avec les associations, c’est mieux de choisir l’endroit adéquat en avance

L’autre élément intéressant : en Italie, on peut faire le récit « memoria » mais ce n’est pas obligatoire, souvent si on est mal conseillé, sans récit on se trouve défavorisé.

Si on peut se faire aider en France, c’est mieux de préparer et faire un récit en France avant

Si on a déjà travaillé un récit écrit, ça facilite encore mieux votre situation.

Apres cet entretien, soit ça marche et ils obtiennent le statut de réfugié soit ils peuvent faire appel dans un délai d’un mois, mais actuellement la loi va changer et on va entrer plus dans les détails.

Une différence avec le système français, si on remplit le C3 et on a un récépissé de demandeur d’asile, valable 6 mois, mais dans 2 mois on peut travailler en Italie

Maintenant il y a 2 cas : il y a des centres d’accueil extraordinaires représentant 70% des cas : les CAS mais sans aucun encadrement, et les autres dans sprare : plus encadrés avec des cours de langues et gérés par les régions

En Italie ils donnent 35 euros par personne mais pas aux personnes directement mais aux organismes et personnes qui gèrent l’accompagnement et donc dans certaines régions c’est mal géré et donc les situations peuvent être très différentes d’une région à l’autre.

Dans les SPRAR : il y a des avocats, il y a des encadrants, des activités

Donc c’est pour ça qu’il faut se renseigner avant de choisir un centre ou une region

Qu’est ce qui se passe quand on est mis dans un avion et qu’est ce qu’il faut faire ?

La moitié des vols vont à Fumitchino donc la moitié vers Rome

En théorie, il doit y avoir de l’aide juridique mais souvent il n y a pas d’aide et on se retrouve seul

Distinction entre 2 cas  différents : certaines personnes dublinés Italie  sont pris en charge : on a des personnes avec des empreintes et pas de demande d’asile faite au début et sont partis en France

L’autre cas : reprise en charge : ceux qui ont déjà fait une demande d’asile en Italie et on déjà commencé la procédure  et ensuite  il y a plusieurs cas différents  selon si leur demande initiale a été refusée ou en cours …

Simple à voir : dans l’arrêté de transfert c’est écrit : si prise en charge ou pas reprise en charge

On va partir du cas le plus difficile : vous avez eu un refus en Italie et vous avez fait appel, ensuite vous êtes venu en France, si on vous transfère vers l’Italie, on risque d’être mis dans un centre pour vous renvoyer vers un autre pays mais c’est rare et il n y a que 4 centres et sont saturés

Sauf qu’une nouvelle loi en cours prévoit de construire 20 nouveaux centres et aussi il y a risque d’extradition de  l’Italie vers d’autres pays car l’Italie a fait des accords avec d’autres états comme le soudan, la Libye

Un autre cas, si vous avez déjà fait des démarches et vous n’avez pas continué et ensuite vous êtes venus en France, il faut aller dans la première localité ou vous avez commencé la procédure et demander de reprendre la démarche, il faut contacter des associations pour vous faire aider et vous faciliter les démarches

 

Pour les cas le plus répandus, si on n’a pas fait de demande en Italie, la théorie est dure mais la pratique est aléatoire

Logiquement, la théorie ils vous mettent dans un centre à l’aéroport, on vous demande si vous voulez l’asile si oui, le processus en cours et si non, vous êtes transféré dans un centre de détention pour être expulser

Si vous dites non car vous pensez revenir en France

En pratique pas évident

Pour ne pas se retrouver dans un centre de rétention, il faut appuyer les preuves de son voyage à Rome, pour dire qu’en Italie on ne m’a pas aidé pour faire la demande en France

Donc si on fait le voyage en Italie il faut garder les preuves pour pouvoir refaire la demande en France

On revient sur ce qui a été dit au début : plus de 5 mois passés à vivre dans un pays et plus d’un an d’empreintes

La dernière option, les autorités italiennes donnent un ordre d’expulsion en dehors de l’espace Schengen, il faut tout de suite prendre contact avec les associations et c’est très important

Si un ordre d’expulsion de l’Italie seulement,  vous dites plus de 5 mois et les italiens ne veulent pas de moi ok

Mais si l’ordre d’expulsion mentionne Schengen, il faut contester tout de suite l’ordre via un avocat italien aux autorités italiennes car très important et ne laisser pas sans regard extérieur les documents qu’on vous donne

En conclusion, ce qu’on peut faire en France, il faut d’abord préparer votre récit, vous avez la chance d’avoir des bénévoles et des associations qui peuvent vous aider dans tout votre parcours

Si il n y a pas eu de demande d’asile en Italie, s’informer dans les meilleurs régions ou il y a des bonnes conditions dans les centres et du travail

Savoir ou trouver des associations et donc partir avec des contacts avant

Plusieurs questions :

La durée de validité de l’ordre d’expulsion : valable de 3 ans

S’il y a transfert d’Italie, il faut traduction du récit ? Ce n’est pas évident

Mais ce n’est pas grave même si le récit est en arabe, il faut se préparer

A partir de cet été, ils changent la loi en Italie, car ils vont supprimer l’appel

Il  va y avoir des cas où il n’y aura pas de confrontation avec le demandeur d’asile, les juges vont regarder la vidéo seulement donc plus difficile de défendre son cas

Donc si on ne prépare pas son récit et si on ne prépare pas son cas cela va être plus difficile

La situation des mineurs : pas besoin de carte de séjour car les mineurs en sont pas considérés comme en situation irrégulière donc il est possible de régulariser leur situation avec l’administration

L’administration leur doit un logement et un accompagnement éducatif mais il faut faire le nécessaire avant les 18 ans.

 

Voir la vidéo : LES-DUBLINÉS-VERS-L-ITALIE (19 mai)

 

 

actuellement en ligne

Nous avons 90 invités en ligne

Nos permanences

Juridique & discrimination
Mardi et jeudi
9h30 – 12h30 &
14h00 – 16h00


Permanence santé
Mardi et mercredi
9h30 – 12h30 &
14h00 – 16h00

23, rue du Maroc – 75019 Paris (métro : Stalingrad)
Tél : 01 40 34 18 15
Nous contacter, nous écrire
Page-Facebook

21 juin "Luth pour l'égalité"

Formation - Dublin 3 (vidéo)

L’image contient peut-être : 12 personnes

DUBLIN-III (1ère partie) (26 avril)

DUBLIN-III (2ème partie)

LES-DUBLINÉS-VERS-L-ITALIE (19 mai)

Cours de français

IMAGECOM (VIDÉO) COURS DE FRANÇAIS POUR RÉFUGIES

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises et intérieur

FTCR à la radio

IDD-Tunisie (3 juin 2016)

IMAGICOM (VIDÉO) une vidéo concernant le forum citoyen à Mahres et la création du réseau IDD organisé par FTCR et des associations membres

Afficher l'image d'origine

La Lettre de la FTCR.

Cartographie citoyenne

IVIM - Passeport 2016

Forum vieux migrants 2015

Statistics

Affiche le nombre de clics des articles : 1627451