You are here: Home L'AUTRE RIVE Tunisie Questions société A lire : « La Tunisie coupable de pratiques médiévales dans les prisons et les centres de détention » (Observatoire Euro-Méditerranéen pour les Droits de l'Homme)

A lire : « La Tunisie coupable de pratiques médiévales dans les prisons et les centres de détention » (Observatoire Euro-Méditerranéen pour les Droits de l'Homme)

Envoyer Imprimer PDF

La Tunisie coupable de pratiques médiévales dans les prisons et les centres de détention

Genève - Il existe une incidence croissante des violations dans les prisons tunisiennes en raison d’une surpopulation entraînée par la « détention préventive » excessive, avertit l’Observatoire Euro-Med des droits de l'Homme. Ces violations ont transformé les centres de détention tunisiens en des établissements dédiés exclusivement au châtiment, avec de nombreuses transgressions des normes humanitaires internationales.

Selon Euro-Med, une organisation pour les droits de l’Homme à but non lucratif basée à Genève, le nombre de détenus tunisiens s’est élevé  à plus de 25 000 dans 27 établissements l’année dernière, dont 19 centres de «détention préventive» et huit prisons, dépassant de loin leur capacité de 16 000 lits. Cette année, le total est de 53 300 prisonniers et détenus.

Les établissements pénitentiaires tunisiens dépassent maintenant  leur capacité de 150-200 pour cent, ce qui entraîne souvent des détenus dormant à même le sol ou à deux dans un lit, causant des conflits entre eux et propageant diverses maladies de peau et autres infections. Les autres problèmes causés par la surpopulation comprennent la violence, le vol et le partage facile des stupéfiants, une préoccupation particulière à la lumière du fait que 53 pour cent des prisonniers sont détenus en raison de l'usage ou de la vente de drogues. Ces problèmes sont aggravés par le fait que les détenus emprisonnés pour des crimes relativement mineurs et les détenus en attente de jugement sont placés avec des personnes reconnues coupables d'actes de terrorisme. De nouvelles statistiques montrent que près de 2 000 prisonniers condamnés pour avoir commis des actes terroristes sont placés avec des détenus ordinaires, ce qui facilite la radicalisation.

Ces conditions ont conduit la Tunisie à se placer au quatrième rang des pays arabes en terme de nombre de détenus, avec 212 prisonniers pour 100 000 habitants, selon l'Institut de recherche sur la politique criminelle. Soixante pour cent des prisonniers tunisiens sont détenus en attendant leur procès et la condamnation. Ce pourcentage élevé de «détention préventive» est la principale raison de la grave surpopulation. Les détenus préventifs consomment 80 pour cent des ressources humaines et matérielles initialement allouées à des programmes de réinsertion, qui préparent les prisonniers devant être libérés et réinsérés dans la société. La plupart des prisons souffrent également de conditions malsaines telles qu’une faible ventilation et lumière, des toilettes situées dans des cellules exiguës, et des sols et matelas sales et infestés d'insectes.

«À la lumière de ces conditions déplorables dans les prisons, nous sommes gravement préoccupés par l'extension répétitive de la loi d'urgence en Tunisie», rapporte Yahya Achraf , chercheur à l'observatoire Euro-Med. «La loi d'urgence est en vigueur depuis le 24 Novembre 2015, soulevant le spectre de la domination des forces de sécurité et de la suppression des droits civils. »

L'imposition de la loi d'urgence a été accompagnée d’une augmentation des arrestations de civils et de la torture sous le couvert de la lutte contre le terrorisme.

«Les menaces de sécurité accrues contre la Tunisie ne devraient pas être une excuse pour revenir aux méthodes brutales pratiquées dans le passé, y compris la torture», ajoute Achraf «Nous sommes heureux que les autorités tunisiennes aient commencé à appliquer une loi autorisant un avocat pour accompagner les personnes accusées au cours des enquêtes, mais cette action ne suffit pas. De nouvelles lois sont nécessaires pour garantir les droits pendant la détention et l'emprisonnement. En outre, la loi régissant les menaces et actes de terrorisme contient un langage ambigu, permettant un retour aux précédentes violations des droits de l'Homme. »

Euro-Med appelle les autorités tunisiennes à:

• Réduire la surpopulation dans les prisons par le recours à des peines alternatives, comme les travaux d'intérêt général et les amendes.

• Augmenter le nombre de juges disponibles pour traiter les détenus en attente de jugement.

• Séparer les prisonniers et détenus en fonction de leur âge, leur sexe et la gravité de leur crime.

• Permettre aux personnes détenues, en fonction du crime, de rester libres sur leur propre engagement jusqu'à leur procès et / ou retarder l’accomplissement de leur peine.

• Réhabiliter les prisons et les établissements pénitentiaires, et notamment améliorer l'entretien et la propreté.

• Améliorer la qualité des soins de santé, à la fois physique et mentale.

« Les prisons sont censées être des centres de réinsertion plus que des centres de punition, en particulier lorsque les crimes sont relativement mineurs», déclare Achraf. « Il est temps de mettre fin à ces pratiques médiévales. »

 

http://euromedmonitor.org/fr/article/1466/La-Tunisie-coupable-de-pratiques-m%C3%A9di%C3%A9vales-dans-les-prisons-et-les-centres-de-d%C3%A9tention

 

actuellement en ligne

Nous avons 143 invités en ligne

Nos permanences

Juridique & discrimination
Mardi et jeudi
9h30 – 12h30 &
14h00 – 16h00


Permanence santé
Mardi et mercredi
9h30 – 12h30 &
14h00 – 16h00

23, rue du Maroc – 75019 Paris (métro : Stalingrad)
Tél : 01 40 34 18 15
Nous contacter, nous écrire
Page-Facebook

21 juin "Luth pour l'égalité"

Formation - Dublin 3 (vidéo)

L’image contient peut-être : 12 personnes

DUBLIN-III (1ère partie) (26 avril)

DUBLIN-III (2ème partie)

LES-DUBLINÉS-VERS-L-ITALIE (19 mai)

Cours de français

IMAGECOM (VIDÉO) COURS DE FRANÇAIS POUR RÉFUGIES

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises et intérieur

FTCR à la radio

IDD-Tunisie (3 juin 2016)

IMAGICOM (VIDÉO) une vidéo concernant le forum citoyen à Mahres et la création du réseau IDD organisé par FTCR et des associations membres

Afficher l'image d'origine

La Lettre de la FTCR.

Cartographie citoyenne

IVIM - Passeport 2016

Forum vieux migrants 2015

Statistics

Affiche le nombre de clics des articles : 1457849