You are here: Home La F.T.C.R. FTCR Divers Nos communiqués Tunisie: Faible représentation des femmes à la tête des partis, associations et syndicats selon une enquête

Tunisie: Faible représentation des femmes à la tête des partis, associations et syndicats selon une enquête

Envoyer Imprimer PDF

Tunisie: Faible représentation des femmes à la tête des partis, associations et syndicats selon une enquête

 

Selon les résultats d'une enquête nationale sur les femmes et la participation politique: la présence de la femme à la tête des partis politiques, des syndicats et des associations reste faible.

L'étude réalisée par les professeurs Hafidha Chékir et Chafik Bousarsar et dont les résultats préliminaires ont été présentés mardi 29 avril à Tunis lors d'un workshop national organisé par l'institut arabe des droits de l'homme (IADH), a porté sur des syndicats et une dizaine de partis des plus connus sur la scène politique.

Il s'agit des partis Ennahdha, Nida Tounes, le parti des Travailleurs de Tunisie, le parti des Patriotes démocrates unifiés, Al Masar, le parti Républicain, Ettahrir, l'Alliance démocratique, le courant Al-Mahabba et Ettakatol.

Les syndicats concernés par l'enquête sont l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), l'Union Tunisienne de l'industrie, du commerce, et de l'artisanat (UTICA), l'Union tunisienne de l'agriculture et de la pêche (UTAP), le Syndicat national des journalistes tunisiens, l'Union des enseignants universitaires chercheurs tunisiens (IJABA), l'Association des magistrats tunisiens, le Syndicats des magistrats et l'Association des jeunes avocats.

Des facteurs culturels et sociaux

Selon l'étude, plusieurs facteurs, notamment d'ordre culturel et social, sont à l'origine de la faible présence de la femme au sein des partis, syndicats et associations. La présence de la femme dans les partis est souvent exploitée pour simplement redorer l'image du parti.

Parmi les facteurs sociaux évoqués par l'étude, le taux élevé d'analphabétisme de la femme en comparaison avec l'homme a largement contribué à la marginalisation du rôle de celle-ci dans les affaires publiques, outre les traditions perpétrées dans la société tunisienne qui considère la politique comme étant l'apanage de l'homme. La femme, selon les coutumes, doit s'occuper des affaires de la famille et des activités agricoles.

Concernant la présence de la femme dans les partis politiques et les associations, l'étude démontre que les partis en Tunisie ne disposent pas de chiffres clairs sur le nombre des adhérentes et des femmes qui occupent des postes de responsabilité.

L'étude distingue entre les partis à référence religieuse et les partis modernistes qu'ils soient libéraux ou de gauche, affirmant que la représentativité de la femme varie énormément entre les deux types de partis.

Une meilleur représentation dans les associations civiques et professionnelles

La présence de la femme dans les associations civiques et professionnelles semble meilleure que celle au sein des partis.

Selon l'étude, le bureau exécutif de l'association des jeunes avocats compte quatre femmes sur 9 membres. La présidence de l'association est confiée à une femme. De même, l'association et le syndicat des magistrats sont présidés par des femmes. Sur les dix membres du bureau exécutif de l'union (IJABA), quatre sont des femmes.

Par contre, la présence de la femme au sein de l'UGTT et de l'UTAP est très faible. Aucune femme ne fait partie du bureau exécutif de l'UGTT qui ne compte que deux femmes seulement au sein de la commission administrative. Pour l'UTAP, sur les 20 membres, deux seulement sont des femmes.

Les recommandations

Parmi les recommandations issues de cette étude et visant à consolider la présence de la femme dans les postes de décision au sein des partis, associations et syndicats, figurent l'encouragement de la femme à investir les milieux politiques, syndicaux et civiques et à se porter candidate aux conseils élus à l'échelle nationale, régionale et locale.

Il s'agit, aussi, de protéger les femmes contre les violences qu'elle pourraient subir au moment de l'exercice de leurs

droits politiques.

L'étude appelle l'Etat à prendre des mesures concrètes en vue de consacrer l'égalité hommes-femmes au sein des instances gouvernementales.

L'enquête invite les partis à changer et à développer leur programmes politiques dans le sens de l'adoption de programmes qui intéressent la femme, mettant l'accent sur la nécessité de ne pas se contenter de mentionner les droits de la femme dans les textes législatifs et de procéder à une discrimination positive au profit de la femme pour l'encourager à accéder aux postes de responsabilité au sein des partis.

http://www.huffpostmaghreb.com/2014/04/29/tunisie-representation-femmes_n_5234093.html?utm_hp_ref=maghreb

 

Mis à jour ( Samedi, 29 Août 2015 10:12 )  

actuellement en ligne

Nous avons 215 invités en ligne

Nos permanences

Juridique & discrimination
Mardi et jeudi
9h30 – 12h30 &
14h00 – 16h00


Permanence santé
Mardi et mercredi
9h30 – 12h30 &
14h00 – 16h00

23, rue du Maroc – 75019 Paris (métro : Stalingrad)
Tél : 01 40 34 18 15
Nous contacter, nous écrire
Page-Facebook

21 juin "Luth pour l'égalité"

Formation - Dublin 3 (vidéo)

L’image contient peut-être : 12 personnes

DUBLIN-III (1ère partie) (26 avril)

DUBLIN-III (2ème partie)

LES-DUBLINÉS-VERS-L-ITALIE (19 mai)

Cours de français

IMAGECOM (VIDÉO) COURS DE FRANÇAIS POUR RÉFUGIES

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises et intérieur

FTCR à la radio

IDD-Tunisie (3 juin 2016)

IMAGICOM (VIDÉO) une vidéo concernant le forum citoyen à Mahres et la création du réseau IDD organisé par FTCR et des associations membres

Afficher l'image d'origine

La Lettre de la FTCR.

Cartographie citoyenne

IVIM - Passeport 2016

Forum vieux migrants 2015

Statistics

Affiche le nombre de clics des articles : 1640662