You are here: Home A Voir .. Pour mémoire D'une rive ... Il était une fois en Tunisie: La presse satirique

Il était une fois en Tunisie: La presse satirique

Envoyer Imprimer PDF

Vu sur le blog "JOURNAL-IS-ME" : Il était une fois en Tunisie: La presse satirique

Contrairement à ce que pense la plupart des lecteurs de la presse écrite, à l’image du Canard enchaîné et de Charlie Hebdo en France, en Tunisie, la satire était bel est bien présente dans le paysage médiatique tunisien surtout avant l’avènement de l’indépendance.

Si durant les 23 ans du règne de Ben Ali, la presse, tous genres confondus, végétait sous une chape de plomb nommée censure, la satire faisait quelques éclats à travers des articles soit du côté des cyberdissidents à l’image de Zouheir Yahyaoui à travers sa chronique « Proxy » publiée dans son site « TUNeZINE.com ».

En revanche, pendant les 32 ans du Bourguibisme, malgré un régime autoritaire  et individualiste, la critique et surtout la presse satirique était plus ou moins présente dans la presse à papier tel le cas d’El Kanfoud (l’hérisson) (hebdomadaire généraliste et satirique fondé par Habib Borji en 1962 et qui a duré jusqu'en 1964), Essitar (le rideau) (un bimensuel créé par Mohamed Jaziri en 1956 et qui n’a paru qu’en 1956 et entre 1960 et 1961), El Imtaâ (la satisfaction), un journal satirique et hilarant édité en langue arabe par le club de la presse à la maison des jeunes et de la culture de Menzel Temime entre 1979 et 1980), et des rubriques de Taher Fezaâ dans Tunis Hebdo entre les années 70 et 80 ainsi que l’hebdomadaire le Phare de Abdejlil Behi.

À travers cet article, on va essayer de braquer les projecteurs sur l’histoire de la presse satirique en Tunisie et ses épopées, question de réveiller l’ogre endormi chez les journalistes tunisiens.

De 1881 jusqu’au années 20 : l’âge d’or de la satire à la sauce tunisienne

En plongeant notre bec dans les archives de la Bibliothèque nationale, on était surpris par la densité des hebdomadaires satiriques dans la Tunisie à l’époque du protectorat français. En effet, la presse écrite en Tunisie qu’elle soit arabophone ou francophone, était depuis toujours le berceau de la caricature satirique et représentait avec pertinence et humour les failles du monde politique. Certes, le plus part des journaux et des revues satiriques étaient en langue arabe, mais ça n’empêche pas que les journaux francophones étaient aussi bien présents. On cite par exemple : Kara-kouz (le clown) (hebdomadaire satirique fondé par Stenk Razine et paru en 1884), Le Grelot tunisien (hebdomadaire satirique et illustré fondé par Maurice et paru entre 1887 et 1888), Pilori tunisien (hebdomadaire, indépendant, satirique et politique fondé par G. Sdnac avec seulement 43 numéros entre 1892 et 1893), La Petite Tunisie (hebdomadaire généraliste avec une veine satirique fondé par Emile Lacroix et paru entre 1888 et 1938), Le Charivari tunisien (hebdomadaire satirique, humoristique et politique illustré paraissant tous les dimanches, fondé par J.B. Fray en 1887 et paru jusqu’en 1889), Le Tunisien (organe des intérêts indigènes avec une veine satirique fondé par Ali Bach Hamba paru entre 1907 et 1912), Abou Guecha (hebdomadaire satirique fondé par Hachmi Tounsi et paru seulement en 1908), Weld el bled (l’enfant du pays) (hebdomadaire satirique et humoristique fondé par Bachir Fourti  et paru seulement en 1910, date de création), Abou Nouwas (hebdomadaire satirique et hilarant fondé par Slimen El Jadoui et paru une seule année entre 1909 et 1910), La Tunisie illustrée (revue mensuelle satirique et de vulgarisation tunisienne, fondé par Docteur Lemanski paru entre 1910-1922), Al Modh-hek (l’humoriste), hebdomadaire satirique et humoristique fondé par Abdallah Zarrouk paru entre 1910-1923, avec un arrêt de parution le 12 mars 1911 et une reprise en 1920), En-nems (le fouineur) (hebdomadaire fondé en 1910 par Mohamed Ben el Haj Mahmoud Ettounsi et qui a duré jusqu’en 1937, notons qu’il a cessé de paraître en novembre 1911 et réapparu en 1920), Gazdour (le frimeur) (mensuel réformateur et satirique, fondé par Hamouda Abassi en 1920), El wided (l’amour) (hebdomadaire satirique et humoristique fondé par Chedly Ben Mohamed Beldi et paru entre 1920 et 1921), Al Moumathel (le comédien) (hebdomadaire satirique fondé par Slouma Aberrazak et paru de 1920 jusqu’au 15 décembre 1924), El Kairaouan (Kairouan) (hebdomadaire satirique et humoristique fondé par Jilani el Hmar et paru durant 4 ans entre 1920 et 1924), Jeha (hebdomadaire satirique et humoristique fondé par Ahmed Ben Chikh Benaîssi en 1909. Il est paru d’une manière irrégulière : 1909-1911, 1920-1925, 1936-1942 et de 1947 jusqu’à 1950), An-Nadim (le compagnon) (hebdomadaire satirique fondé en 1921 par Houcine Al Jaziri, l’un des plus grands journalistes tunisiens de son temps, et publié sans interruption pendant 22 ans) et Ez-zahou (ambiance festive) (hebdomadaire humoriste et satirique fondé par Othman Gharbi en 1921 et paru jusqu’en 1962. Il a cessé de paraître entre 1935/1936 et entre 1943/1945).

De 1930 jusqu’à 1957 : un cru au service du mouvement nationaliste

En revanche durant les années 30 et 40,  la presse satirique tunisienne a largement contribué dans le mouvement nationaliste guidé par une pléiade d’hommes politiques et d’intellectuels tels que : Ali Douâagi qui a fondé en 1936 son propre hebdomadaire satirique Al sourour (la gaîté), le journaliste Abdelaziz Aroui à travers Le croissant paru en 1930 ( grand hebdomadaire politique, satirique, économique), le journaliste tunisien, zitounien de formation M. Mohamed Mokhtar Saâda, (né en 1894 à Tunis et décédé en 1962) et membre de la troupe théâtrale tunisoise Echahama El Arabiyya (Noblesse chevaleresque arabe) qui a crée l’hebdomadaire satirique Ennasnés (le curieux) dont le premier numéro paru dans les kiosques le lundi 16 novembre 1936 et Hédi laâbidi, qui restera un des pères du journalisme militant tunisien et donna naissance à l’hebdomadaire satirique et critique El ferzazzou (la guêpe) paru entre 1955 et 1956.

Parmi les autres titres satiriques durant cette époque faste pour les journalistes, on cite : Le jeune tunisien (bihebdomadaire politique pour la défense des tunisiens avec une veine satirique, fondé par Sadok Elakhal et paru entre 1932 et 1936), Petit tunisois, quotidien satirique, politique et littéraire fondé par Mahmoud Aslan paru entre 1934 et 1957, El inchirah (l’ouverture), bimensuel satirique fondé en 1937  par Mohamed Mahmoud Ellouz, Es-sardouk (le coq) (un hebdomadaire satirique et humoristique illustré fondé par Chedly Fehri en 1922 mais qui a paru régulièrement entre 1937 et 1939), Sabrah (patiente) (hebdomadaire satirique fondé par Taher Zarrouk et paru entre 1937 et 1939), Zahou el bal (la gaîté de l’esprit), hebdomadaire satirique et humoristique fondé par Arbi Turki, paru en 1936), Edifaâ (la défense) (hebdomadaire satirique et généraliste illustré fondé par Kacem Letaïef paru entre 1936 et 1937), Al Chabab (la jeunesse) (hebdomadaire satirique et humoristique fondé par Mahmoud Bayram paru entre 1936 et 1937), Kol chay bel makchouf (cartes sur table) (hebdomadaire satirique, critique et politique fondé par Hedi Saïdi paru entre 1937 et 1939), Al Montakid (le critique) (hebdomadaire satirique, critique et généraliste fondé par Amor Ata, paru entre 1938-1939), Al kachkoul (le cache-col) (un hebdomadaire satirique et politique en langue arabe paru en 1937 et fondé par Hassan Ali Ayadi), El anis (l’accompagnateur) (hebdomadaire satirique et critique fondé par Mohamed Chabchoub  paru de 1937 jusqu’à 1955 d’une manière irrégulière en :1937, 1938, 1947, 1949-1950, 1953 et 1955), Belmakchouf (en toute transparence) (fondé par Taher Zaknani en mars de 1951) , Er-rakib (le superviseur) (hebdomadaire satirique humoristique et  critique, fondé par Ali Mâaoui en 1948 et qui a duré jusqu’en 1949) et Al Nichan (la décoration) (hebdomadaire satirique fondé par Abdelmalk Kborsli et paru seulement en 1953).

Décidément, avec un tel bouquet de journaux satiriques parus depuis la fin du XIXème siècle, une question s’impose: qu’est-ce qui empêche, à l’image d’un phénix qui renaît de ses cendres, que l’un de ces titres fait son come-back sur la scène journalistique tunisienne ? Aux dernières nouvelles, le paysage artistique et journalistique tuniso-tunisien pullule de caricaturistes et de dessinateurs pétris de talent à l’instar de Lotfi Ben Sassi alias « Bokbok », Chedly Blekhamssa (tous deux Ouled Eddar), Imed Ben Hmida, Hatem Blehaj, Habib Bouhawel, Seif Nechi, Mahjoub, Nadia Khiari alias « Willis », Adel Imbaya, -Z-, Abdelkader Chelbi… et la liste est longue.  En effet, depuis l’avènement de la révolution de la dignité au pays d’Ibnou Khaldoun, jamais le magique univers de l’illustration n’a connu une telle effervescence avec des dessins aussi incisifs et des personnages croquants-mordants. Alors à quand un retour de cette tradition chez-nous?

Abdel Aziz HALI

http://abdel-aziz-hali.blogspot.fr/2011/06/il-etait-une-fois-en-tunisie-la-presse_19.html

 

actuellement en ligne

Nous avons 153 invités en ligne

Nos permanences

Juridique & discrimination
Mardi et jeudi
9h30 – 12h30 &
14h00 – 16h00


Permanence santé
Mardi et mercredi
9h30 – 12h30 &
14h00 – 16h00

23, rue du Maroc – 75019 Paris (métro : Stalingrad)
Tél : 01 40 34 18 15
Nous contacter, nous écrire
Page-Facebook

IDD-Tunisie (3 juin 2016)

IMAGICOM (VIDÉO) une vidéo concernant le forum citoyen à Mahres et la création du réseau IDD organisé par FTCR et des associations membres

Afficher l'image d'origine

Cours de français

IMAGECOM (VIDÉO) COURS DE FRANÇAIS POUR RÉFUGIES

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises et intérieur

FTCR à la radio

La Lettre de la FTCR.

Cartographie citoyenne

Formation - Dublin 3 (vidéo)

A-G de la FTCR (vidéo)

Forum vieux migrants 2015

IVIM - Passeport 2016

Statistics

Affiche le nombre de clics des articles : 1571737