You are here: Home A Voir .. Pour mémoire D'une rive ... Carte de Tunisie 1843

Carte de Tunisie 1843

Envoyer Imprimer PDF

Carte de Tunisie 1843

Après avoir vu se succéder, au fil des ages, Phéniciens, Romains, Vandales, Arabes, Normands de Sicile et Espagnols, la Tunisie () est devenue ottomane en 1574. Le sultan turc délégua alors sur place un représentant plaisamment baptisé Dey. En 1705, Hussein ibn Ali prit le pouvoir à Tunis sous le dossard Bey, rendit la Tunisie quasi autonome et créa la dynastie husseinite qui régna jusqu'à l'indépendance.

Jusque vers 1815, la Tunisie prospèrait grâce notamment à la piraterie en Méditerrannée et aux tributs que nations européennes et Etats Unis versaient pour y échapper. Toutefois après le congrès de Vienne, les "grandes puissances" cessèrent de tolérer la "course" ce qui assécha les revenus de l'état tunisien. Le Bey n'eut pas la clairvoyance de réduire son train de vie et s'endetta auprès de la France, de l'Italie et de la Grande Bretagne. En 1869 l'état tunisien se retrouva en banqueroute et fut mis sous tutelle par la "communauté internationale".

Malgré cette mauvaise gestion, la Tunisie était résolument moderne. En 1861, elle fut le premier pays arabe dotée d'une constitution et le Bey envisagea même de transformer son régime en république.

Les appétits financiers des grandes puissances se transformèrent rapidement en impérialisme pur et simple. En 1881, la France prit de vitesse l'Italie et occupa militairement la Tunisie sous un prétexte fallacieux avec le feu vert du Royaume Uni qui s'était octroyé Chypre (cf. lettre). Le Bey accepta le traité du Bardo qui transformait son pays en "protectorat", vocable politiquement correct pour colonie. Ce régime dura jusqu'en 1956 où la clairvoyance d'Habib Bourguiba, de Pierre Mendès France et d'Edgar Faure permit l'indépendance avec une effusion de sang limitée.

Les grandes villes tunisiennes "Beja", "Bizerte", "Kairwan" / Kairouan, "Sousse", Sfax et "Cabes" / Gabès mais aussi les principales localités touristiques "Hammamet", "el Jemm" / el Jem, îles de "Kerkeni" et de "Gerbi" (désormais orthographiées Kerkennah) et Djerba / Jerba figurent sur la carte d'Alexandre Vuillemin de 1843. En effet la "destination Tunisie" avait été mise à la mode en Europe, bien avant les charters, par les orientalistes comme l'écrivain Flaubert ou le peintre Gérôme.

Le sud de "l'état de Tunis" était manifestement en 1843 plus "ventru" qu'aujourd'hui. La France qui savait la zone riche en pétrole a rectifié durant la colonisation la frontière au profit de "l'Algérie française".

Le zoom est extrait d'une carte italienne du "Stato di Tunisi" / état de Tunis dressée en 1849 par Benedetto Marzolla. La transcription des noms de lieu en italien y est souvent plus proche de la prononciation arabe que celle effectuée par les géographes français.

Cette carte géographique italienne provient de l'excellent site cartographique David Rumsey Historical Map Collection.

***

La monnaie de la Tunisie avant le protectorat français était le Rial. Elle fut ensuite remplacée par le Franc français. Depuis l'indépendance le Dinar tunisien divisé en Millimes a pris le relais.

***

lettre de Tunis à Reims (France) du 22 juin 1862

Cette lettre a transité par le bureau postal français de Tunis puis par Bône / Annaba en Algérie. Elle a ensuite traversé la Méditerranée jusqu'à Marseille où elle a été prise en charge par le bureau ambulant du train PLM le 28 juin. Arrivée à Paris, elle a été acheminée à Reims par le train Paris-Givet. Ce périple n'a duré au total que 7 jours performance toujours enviable aujourd'hui.

Le chiffre manuscrit "6" indique la taxe de 6 décimes acquittée par le destinataire soit 3 heures de travail ouvrier français de l'époque contre 12 minutes de SMIC désormais. Si le délai ne s'est pas amélioré le tarif postal a été divisé par 15 !

Ce pli, traitant de commande et de facturation de vin, était destiné à "Messieurs Ernest Irroy" maison de Champagne fondée en 1820 qui existe toujours bien que maintenant filiale de Taittinger.

L'expéditeur, la société "FONDATI" de Tunis, probablement italienne, se plaint dans la lettre que "l'écoulement est très difficile sur place pour ces vins surtout pour les votres qui ne sont pas bon marché"

***

 

Premiers timbres poste de la "Régence de Tunis" de 1888

Ces premiers timbres parus en Tunisie ont été émis le 1er juillet 1888 par le tout neuf Office Tunisien des Postes et des Télégraphes. Ils portent les armoiries du Bey de Tunis mais ils comportent exclusivement des mentions en français et sont libellées en Francs qui était devenu la monnaie du protectorat.

http://www.kelibia.fr/histoirepostale/x_tunisie.htm#img4

 

actuellement en ligne

Nous avons 174 invités en ligne

Nos permanences

Juridique & discrimination
Mardi et jeudi
9h30 – 12h30 &
14h00 – 16h00


Permanence santé
Mardi et mercredi
9h30 – 12h30 &
14h00 – 16h00

23, rue du Maroc – 75019 Paris (métro : Stalingrad)
Tél : 01 40 34 18 15
Nous contacter, nous écrire
Page-Facebook

21 juin "Luth pour l'égalité"

Formation - Dublin 3 (vidéo)

L’image contient peut-être : 12 personnes

DUBLIN-III (1ère partie) (26 avril)

DUBLIN-III (2ème partie)

LES-DUBLINÉS-VERS-L-ITALIE (19 mai)

Cours de français

IMAGECOM (VIDÉO) COURS DE FRANÇAIS POUR RÉFUGIES

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises et intérieur

FTCR à la radio

IDD-Tunisie (3 juin 2016)

IMAGICOM (VIDÉO) une vidéo concernant le forum citoyen à Mahres et la création du réseau IDD organisé par FTCR et des associations membres

Afficher l'image d'origine

La Lettre de la FTCR.

Cartographie citoyenne

IVIM - Passeport 2016

Forum vieux migrants 2015

Statistics

Affiche le nombre de clics des articles : 1460746