You are here: Home

Le Manifeste des bi-nationaux Tunisiens Ne touchez pas à nos appartenances multiples !

Envoyer Imprimer PDF

Nous, citoyennes et citoyens tunisiens, attaché(e)s à notre pays, à son histoire et aux valeurs universelles et fiers de nos doubles-appartenances, savons que derrière les attaques des binationaux ou les stigmatisations, en Europe, de l’immigration « illégale » ou « légale », se cache un projet discriminant, défendu par les forces réactionnaires les plus fermées à l’autre et au monde.

 

Fiers de notre citoyenneté, nous défendons une Deuxième République moderne et attachée à la conquête de nouveaux droits, à la multi-culturalité et à la fraternité avec tous les peuples de la terre.

L’immigration en Europe a toujours été la cible de campagnes politiques et médiatiques stigmatisantes, faisant des populations fragilisées : les « sans-papiers », les réfugiés et l’immigration légale, leur sujet de prédilection en les rendant responsables de tous les maux de la société. Les binationaux sont aujourd’hui, eux aussi visés. Mis dans la position du maillon faible, ils sont suspectés et assignés à répondre à la question- problématique pour certains- du choix exclusif et excluant de l’une ou de l’autre appartenance.

L’ancienne constitution de 1959 stipulait que tout candidat à la Présidence de la République, devait être Tunisien de père et de mère sur trois générations. Elle interdisait également aux binationaux d’être membres fondateurs d’un parti politique.

Aucune démocratie ne peut justifier de telles restrictions. Elles sont discriminatoires et excluent, de fait, tout Tunisien binational, du champ de la politique et de la représentation.

Le droit des Tunisiens résidant à l’étranger (dont les binationaux), de choisir leurs représentants, durant les premières élections libres de 2011, a été considéré comme une réelle avancée démocratique. L’adoption quant à elle, par la Constituante, nouvellement élue avec une majorité islamiste, de l’article 8 de la loi organisant les pouvoirs publics, traduit un choix réactionnaire. En effet, ce dernier rejette les Tunisiens binationaux, leurs enfants et des générations entières de Tunisien(ne)s né(e)s de mariages mixtes. La Tunisie se prive de l’apport d’une partie de ses talents, présents dans toutes les parties du monde.

Malgré le rôle économique et socioculturel important joué par l’immigration tunisienne, beaucoup de nos représentants, dont ceux-progressistes ou pas d’ailleurs- censés représenter les Tunisiens à l’étranger, il est affligeant d’observer qu’il y a soit ceux qui se taisent et ceux qui approuvent honteusement ces dispositions discriminatoires. Par leur positionnement ambigu sur les valeurs universelles, ils rejettent, de fait, une partie importante de la population tunisienne résidant à l’étranger, vivant de manière positive sa double appartenance et accordant un attachement profond aux avancées démocratiques en Tunisie.

Nous les Tunisiens vivant à l’étranger, binationaux ou non, nous affirmons :

  • Notre attachement aux principes d’égalité de traitement de tous les citoyens Tunisiens.
  • Notre engagement pour une citoyenneté pleine et entière ici et là bas.
  • Notre refus de toutes les formes de discriminations et de déni des droits, à tout citoyen tunisien partout où il se trouve.
  • Notre désaccord profond avec les arguments nationalistes, de gauche ou de droite, qui nient l’autre, mettent en doute notre amour de ce pays qui est aussi le nôtre et nous considèrent comme « la cinquième colonne » ou comme des agents de l’influence étrangère, ou encore comme des dangers pour la nation, sa culture et son « authenticité ».
  • Notre souhait de voir la défense de ces valeurs, relayée et assurée par les élu(e)s du peuple et principalement par les représentants des Tunisiens à l’étranger, choisi(e)s pour défendre nos intérêts moraux, politiques, culturels et spécifiques.

La démocratie que nous voulons en Tunisie ne peut pas être excluante. Il faut laisser au peuple le choix de ses représentants, aussi bien nationaux que binationaux, et être à l’écoute des acteurs de la société civile vivant à l’étranger, qui sont à même de défendre leurs intérêts et de promouvoir une autre image de l’immigration tunisienne à l’étranger.

Notre pays a été victime d’une dictature « nationale » et de prédateurs « nationaux ». Avoir une seule nationalité, n’est pas une qualité en tant que telle, cela ne protège ni contre l’alignement sur les positions les plus réactionnaires, ni contre la corruption endémique, ni encore contre la vente de nos richesses aux capitaux internationaux.

Nous voulons, plus de droits pour tous les Tunisiens, que ce soit à l’étranger ou en Tunisie.

Nous n’acceptons aucune exclusion des binationaux et nous voulons la prise en compte de nos liens avec le pays, notre peuple, nos familles, nos frères et sœurs et la terre que nous aimons.

Il s’agit aussi par ce manifeste d’affirmer notre attachement à la déclaration universelle des droits de l’homme, en veillant à son application, dans les différentes propositions de lois qui nous concernent, en tant que partie intégrante du peuple tunisien, car les binationaux, sont avant tout une source d’enrichissement et d’ouverture de notre pays, un pays de migration(s) et de civilisation(s).

Nous refusons ce mélange des genres et ce diktat de certaines parties de la société qui se croient dépositaires de l’amour de la Tunisie, de la République et de ses valeurs. Ce recul croissant de nos libertés risque de diviser notre pays en « bon » et « mauvais » Tunisiens.

Nous, citoyens tunisiens binationaux ou non, défendons la mise en place d’une nouvelle République qui garantisse l’égalité de TOUS ses citoyens devant la loi. En tant qu’ « Ambassadeurs » de notre pays dans le monde, nous œuvrons pour le rapprochement des peuples et des cultures et participons au développement d’une mondialisation des valeurs humaines et de solidarité.

Nous refusons tous les replis identitaires et toutes les exclusions, ici et là bas. Nous dénonçons toute politique restrictive se cachant derrière la culture de « l’authenticité» en oubliant notre histoire, nos diversités humaines, régionales et culturelles.

Nous refusons de nous taire et nous nous mobilisons pour combattre toutes les dérives, les projets de lois extrémistes qui veulent restreindre nos droits et nos libertés.

Dénoncer les idéologies rétrogrades ne suffit plus. Il faut les combattre et les éradiquer, car elles sont contagieuses et touchent de plus en plus d’hommes et de femmes, qui eux aussi, se référent à la Révolution du peuple tunisien, mais qui au nom même de cette Révolution, excluent et rejettent.

Nous appelons toutes les personnes solidaires de l’immigration tunisienne, les binationaux, leurs familles, leurs enfants et proches, à lancer une campagne pour rendre visible notre existence et notre fierté d’être Tunisiens et de revendiquer une double-appartenance,

Faites circuler ce manifeste, signez-le et faites-le signer.

Adressez des courriels et le texte du manifeste pour interpeller les élu(e)s de la nouvelle Constituante et plus particulièrement ceux et celles censés représenter les Tunisiens de l’étranger.

Il faut rompre le silence et le consensus fait sur le dos des binationaux, qui sont des Tunisiens comme les autres.

Contact : Collectif Citoyen Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Premiers signataires :

AIDDA, Collectif 3C, Collectif Citoyen, Tunisie Culture, Démocratie et Veille Citoyenne (DVC)

Ahmed JEMAI

Brahim HAMDI

Hedi CHENCHABI

Houda ZEKRI

Mis à jour ( Samedi, 17 Décembre 2011 14:03 )  

actuellement en ligne

Nous avons 170 invités en ligne

Nos permanences

Juridique & discrimination
Mardi et jeudi
9h30 – 12h30 &
14h00 – 16h00


Permanence santé
Mardi et mercredi
9h30 – 12h30 &
14h00 – 16h00

23, rue du Maroc – 75019 Paris (métro : Stalingrad)
Tél : 01 40 34 18 15
Nous contacter, nous écrire
Page-Facebook

21 juin "Luth pour l'égalité"

Formation - Dublin 3 (vidéo)

L’image contient peut-être : 12 personnes

DUBLIN-III (1ère partie) (26 avril)

DUBLIN-III (2ème partie)

LES-DUBLINÉS-VERS-L-ITALIE (19 mai)

Cours de français

IMAGECOM (VIDÉO) COURS DE FRANÇAIS POUR RÉFUGIES

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises et intérieur

FTCR à la radio

IDD-Tunisie (3 juin 2016)

IMAGICOM (VIDÉO) une vidéo concernant le forum citoyen à Mahres et la création du réseau IDD organisé par FTCR et des associations membres

Afficher l'image d'origine

La Lettre de la FTCR.

Cartographie citoyenne

IVIM - Passeport 2016

Forum vieux migrants 2015

Statistics

Affiche le nombre de clics des articles : 1489181