You are here: Home

"Politis" : La France demande un espace Schengen à deux vitesses

Envoyer Imprimer PDF

lundi 25 avril 2011, par Erwan Manac’h. Suite à l’affaire des Tunisiens de Vintimille, l’Élysée s’attaque à la libre circulation des personnes dans l’Union européenne. Et continue sa passe d’arme avec l’Italie.

Le gouvernement français a mis en scène vendredi une nouvelle polémique avec son voisin italien sur la question migratoire. L’occasion de franchir une nouvelle étape dans la surenchère xénophobe. « La gouvernance de Schengen est défaillante », lançait l’Élysée vendredi, s’offrant une polémique de week-end pascal sur mesure. La France demande ainsi qu’en cas de « défaillance systémique à une frontière extérieure » de l’Union européenne, des « suspensions provisoires » de la libre circulation puissent être adoptées.

Cela est déjà possible en cas de « menace grave pour l’ordre public ou la sécurité intérieure ». Des contrôles aux frontières ont ainsi été temporairement rétablis en France lors du sommet du G8 à Strasbourg en 2009, ou en Allemagne lors de la Coupe du monde de football en 2006. Mais Henri Guaino souhaite que ces dérogations soient élargies à des « cas de situations exceptionnelles » afin de pouvoir fermer ses frontières aux mouvements migratoires ponctuels.

C’est la troisième passe d’arme entre la France et l’Italie sur la question migratoire, après la joute verbale du début du mois d’avril et le blocage temporaire de la circulation ferroviaire entre Nice et Vintimille, le 17 avril. Environ 25 000 migrants ont débarqué sur l’île italienne de Lampedusa, depuis que les gardes côtiers tunisiens ont relâché leurs contrôles sur les embarcations qui traversent la Méditerranée en direction de l’Europe, après la chute de Ben Ali le 14 janvier. Les migrants étaient libérés en situation irrégulière sur le territoire italien et rejoignaient pour la plupart la France, qui les expulsait à son tour vers... l’Italie. Rome pouvait être tenue responsable des migrants qu’elle avait laissé entrer sur le sol européen en vertu d’accords bilatéraux [1].

Pour stopper ce va-et-vient, l’Italie a massivement régularisé des migrants tunisiens pour six mois, début avril, leur procurant ainsi la liberté de circulation dans l’espace Schengen.

Mais la France exige désormais qu’ils puissent justifier notamment d’un passeport et de ressources de 30 à 60 euros par jour pour pouvoir pénétrer sur le sol français. Les accords de Schengen prévoient que les étrangers possédant un visa doivent prouver - pour circuler à l’intérieur de l’espace Schengen - qu’ils sont « en possession de moyens de subsistance suffisants pour la période du séjour et le retour ».

« Tout le monde se tient par la barbichette dans cette affaire », moque Jean-François Ploquin, directeur général de l’association Forum réfugiés, qui accompagne les demandeurs d’asile dans les Centres de rétention administrative de Lyon, Marseille et Nice. « Les Italiens savent pertinemment que les migrants tunisiens rejoignent la France. Le conflit est aussi un peu sur-joué du côté français, car nous parlons d’un nombre de personnes en réalité très limité à l’échelle de l’Union européenne. »

Une rencontre aura lieu ce mardi entre Silvio Berlusconi et Nicolas Sarkozy à Rome. Franco Frattini, le chef de la diplomatie italienne, a précisé qu’il ne s’agissait pas de remettre en question les accords de Schengen, mais plutôt d’en faire « un contrôle technique ». En particulier pour préserver les précieux accords de libre circulation des marchandises, tout en instaurant une politique à géométrie variable pour la circulation des personnes.

 

Notes

[1] Sans visa, les migrants peuvent être expulsés s’ils ne formulent pas de demande d’asile. Or, les Tunisiens requièrent très peu le statut de réfugié politique. L’association Forum réfugiés n’a ainsi enregistré aucune demande d’asile de Tunisien dans les centres de rétention de Lyon, Marseille et Nice où elle est présente. « Ce sont des jeunes gens qui sont sans emploi, qui sont victimes de l’écroulement du tourisme en Tunisie, ils ne sont pas du tout persécutés localement », explique Jean-François Ploquin, directeur général de Forum réfugiés.

http://www.politis.fr/La-France-demande-un-espace,13912.html




"Agence TAP" : Des familles de jeunes clandestins cherchent à connaître le sort de leurs enfants

TUNIS, 25 avr 2011 (TAP) - Des familles de jeunes qui ont émigrés clandestinement vers l'Italie, ont tenu, lundi, un sit-in devant le siège du ministère des Affaires étrangères à Tunis, avant d'être reçues par le secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, Radhouane Nouicer.

Les manifestants se sont enquis des démarches du ministère pour connaître le sort des jeunes tunisiens avec lesquels le contact a été rompu depuis leur départ de la Tunisie.

Quelques membres de ces familles se sont ensuite rendus au Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT) pour y rencontrer des journalistes.

Ils ont déclaré avoir été rassurés par le ministère sur la poursuite des contacts avec les pays voisins pour connaître le sort de leurs proches dont la disparition constitue une source d'inquiétude et de tristesse pour leurs familles.

Ils ont cité parmi les disparus, un groupe de 40 jeunes parti des côtes de Sfax, le 14 mars dernier, et un deuxième groupe de 80 personnes originaires de Tunis, parti aussi de la région de Sfax, le 29 mars 2011, en direction des côtes sud de l'Italie.

Ils ont indiqué avoir obtenu des informations faisant état de la présence d'un certain nombre de jeunes clandestins en Libye, précisant que ces informations leur ont été rapportées par des tunisiens résidents à Tripoli.

Une source autorisée au ministère des Affaires étrangères a indiqué, à l'Agence Tunis Afrique Presse, que le ministère déploie tous les efforts en vue d'obtenir des informations sur les personnes disparues.

Elle a précisé que l'ambassadeur de Tunisie à Tripoli a effectué de nombreuses démarches pour obtenir des informations complémentaires de la part des autorités libyennes et établir si les disparus tunisiens sont réellement sur le territoire libyen.

La même source a indiqué que des efforts ont été, également, déployés dans avec les autorités italiennes "sans toutefois donner les résultats escomptés" précisant que les recherches se poursuivent afin de retrouver les disparus.

Des familles de jeunes clandestins cherchent à connaître le sort de leurs enfants

 

actuellement en ligne

Nous avons 383 invités en ligne

Nos permanences

Juridique & discrimination
Mardi et jeudi
9h30 – 12h30 &
14h00 – 16h00


Permanence santé
Mardi et mercredi
9h30 – 12h30 &
14h00 – 16h00

23, rue du Maroc – 75019 Paris (métro : Stalingrad)
Tél : 01 40 34 18 15
Nous contacter, nous écrire
Page-Facebook

21 juin "Luth pour l'égalité"

Formation - Dublin 3 (vidéo)

L’image contient peut-être : 12 personnes

DUBLIN-III (1ère partie) (26 avril)

DUBLIN-III (2ème partie)

LES-DUBLINÉS-VERS-L-ITALIE (19 mai)

Cours de français

IMAGECOM (VIDÉO) COURS DE FRANÇAIS POUR RÉFUGIES

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises et intérieur

FTCR à la radio

IDD-Tunisie (3 juin 2016)

IMAGICOM (VIDÉO) une vidéo concernant le forum citoyen à Mahres et la création du réseau IDD organisé par FTCR et des associations membres

Afficher l'image d'origine

La Lettre de la FTCR.

Cartographie citoyenne

IVIM - Passeport 2016

Forum vieux migrants 2015

Statistics

Affiche le nombre de clics des articles : 1492533